Archives de Catégorie: Littérature

« Dr Livingstone, I presume ? »

Si comme moi vous voyez la fatuité moderne du walkman ou des Reebok comme les signes de la décadence avancée de notre société, alors le Manifeste Chap est fait pour vous !

Bien sur on y trouve des articles sur le chic anglais, comment, quand et pourquoi se vêtir, qu’emporter partout avec vous, par exemple une paire de ciseaux à ongles, pour garder sa manucure impeccable… et couper les fils des casques des passants. Apprenez également la sémiotique du tabagisme, l’art subtil de courtiser les dames et comment bien se comporter lors d’un dîner révolutionnaire.

Imaginez l’éblouissement et l’émotion que vous provoquerez chez le pauvre quidam avec votre esprit et votre style associés à l’utilisation avancée du chapeau lors d’une conversation courtoise.

Délicieuse lecture légère… Mais aussi très subversive, fustigeant la vulgarité enveloppée de polyester qui errode le sens moral de la société. Ce manifeste est notre dernier rempart avant d’être tous enterrés sous une montagne purulente de sportswear et de téléphones mobiles. La révolution est à notre portée camarades ! Pas de jasmin, mais de tweed. Il est temps que les gens respectables se fassent entendre. Naturellement inaptes à toute forme d’exercice physique, nous devons nous préparer, dans de jolies tenues, à mener une révolution fondée sur la langueur excessive.

Les filles, ne craignez rien. Il y a aussi une petite section intitulée Chappisme pour les dames. Le chap n’est rien s’il n’est pas égalitaire. Nous apprenons ainsi la meilleure façon de se laisser pousser la moustache… pour une femme (en l’occurrence la chapette). Un sujet pas assez développé dans notre culture occidentale à mon sens.

Pour citer les auteurs : « Jugeons nos semblables par la force de leur poignée de main, la qualité de leurs boutons de manchettes et la nature intransigeante de leurs plis de pantalon ». Il est effectivement temps de mettre un terme à tous ces comportements communistes qui mènent la société vers la décadence et fonder une société qui reposerait sur la courtoisie, le savoir-vivre et le panache.

Etre chap, c’est avoir le talent de la controverse, de la culture et de l’élégance. Mais aussi et surtout, c’est avoir beaucoup d’humour. A prendre au 3ème degré, car l’humour british n’est pas tout public, et laissera totalement de marbre beaucoup de gens.

Un mot sur les auteurs : Gustav Temple et Vic Darkwood forment un duo d’anarcho-dandy depuis leur chambre de Pimlico, le célèbre quartier londonien. Outre leurs activités littéraires ils s’adonnent à l’invention d’articles qui permettent de s’économiser, car le chap est fondamentalement paresseux, tel le gin & tonic prêt à l’emploi ou la boîte à priser du tabac mains-libres.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :