Decoding Roy Lichtenstein – Episode 3 : Drowning Girl

Drowning Girl revient très régulièrement dans les requêtes menant à mon blog, ainsi si je devais faire une seule étude d’une oeuvre de Roy Lichtenstein, celle-ci est toute désignée.


Lichtenstein trouvait les sources de nombre de ces premières peintures dans la bande dessinée américaine. La source de cette oeuvre est « Run for Love ! » publié par DC Comics en 1962. Dans l’illustration originale, le petit ami de la fille apparaissait à l’arrière plan, accroché à la coque d’un bateau. Lichtenstein zooma de façon spectaculaire l’image pour ne montrer que la jeune fille seule, encerclée par une mer tumultueuse. A noter certaines incohérences, comme la présence de larmes, choses peu probable en milieu aqueux. Il raccourcit également la légende en un ambigu « I don’t care », et modifia le nom de l’homme en Brad, personnage revenant de façon récurrente dans son oeuvre. Comme à son habitude, Lichtenstein reproduisit manuellement les points de trame de l’original.

La conservatrice de l’oeuvre, Anne Umland dit à propos de Drowning Girl : « la caractéristique la plus immédiate de l’oeuvre de Roy Lichtenstein est que c’est l’image de bande dessinée la plus grande que vous ayez jamais vue. Pour Drowning Girl, nous savons très précisément le comics que Lichtenstein a examiné et sur quelle image il s’est appuyé. Ainsi dans la version originale, la bulle dit « I don’t care if I have a cramp ». Ce que Lichtenstein fait est de sortir un plan d’une trame narrative. Il explose cette trame. Il simplifie les choses. Un des domaines où ce trait est le plus visible est la façon qu’il a de simuler les points de trame qui sont une marque du process d’impression commerciale bon marché. Ici, Lichtenstein les peint à la main méticuleusement et les agrandit à tel point que les process de reproduction mécanique et de masse deviennent à part entière un sujet du tableau, au même titre que le personnage féminin. »

Roy Lichtenstein disait en 1968 : « je suis intéressé par le fait que les visages en bande dessinée et assimilée soient si irréalistes et pourtant nous les considérons comme réalistes. Si vous parcourez le magazine, la fille est jolie sur l’image. Mais quand vous regardez attentivement ce qui la constitue, des traits noirs et des lèvres rouges, il n’y a rien de réaliste dans celle-ci. Cela m’intéressait de montrer de quelle manière une jolie fille dans un comics, ou un héros, peu importe, était façonnée par une sorte d’idéalisme conforme à ce que les gens devrait ressembler, le tout soumis aux contraintes et économies du processus d’impression. »

Drowning Girl - Huile et Magna sur toile (171,6 x 169,5 cm - 1963), Museum of Modern Art, New York - Philip Johnson Fund

Publicités

5 responses to “Decoding Roy Lichtenstein – Episode 3 : Drowning Girl

  • mel

    c’est super intéressant!!!! j’aime beaucoup!^^

  • Bozorgmehr

    Bonjour Audrey.
    Tout juste rentrée du Japon, je sais …. pas eu le temps d’écrire mon article sur R.L. !!!

    J’adore ce »tableau ». Merci pour le rappel historique, la mise en perspective.
    Bien à vous
    Bozorgmehr

    • Audrey

      5 épisodes sont prévus, après il faudra bien passer à autre chose… Je pense à Rosenquist que je connais bien également 😉 Merci pour le compliment, mais j’attends votre article avec impatience !! En tout cas gros succès pour cette série sur RL, je ne pensais qu’autant de personnes faisaient des recherches sur son oeuvre 😀

  • Bozorgmehr

    Et bien …. Vous êtes davantage fan que moi !
    Bien sûr Rosenquist, bonne idée… J’avais pensé aussi faire un article (mais pas une série).

    Entre le Japon, mon travail, et mes articles sur Bacon et Giacometti… je n’ai pas eu une seconde à moi et je ne sais si je dois accélérer ou ralentir le pas !

    Mon article sur RL n’a pas beaucoup de succès … (80 lectures par mois…). En revanche, mon article sur Bleu Piscine de David Hockney, m’étonne : rien d’extraordinaire et il approche les 2000 lectures …
    En revanche son petit frère sur les Ipads de D.Hockney est totalement délaissé …
    C’est à n’y rien comprendre
    A bientôt
    Bien à vous
    Bozorgmehr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :