Andrew GN – La couture version Art Déco

Le singapourien Andrew GN a fondé sa maison il y a une quinzaine d’années après avoir officié en tant que directeur artistique pour la Maison Balmain, et s’est évertué à redéfinir une garde-robe épurée et efficace à la fois ancrée dans la terre mais faisant preuve également de légèreté aérienne et déconcertante, rappelant les principes de l’Art Déco.

Si vous naviguez sur tout bon moteur de recherche, vous trouverez que ses influences viennent de Pierre Chareau, qui fut avec Le Corbusier l’un des premiers architectes modernes, et Kathleen Gray, artiste connue pour ses luxueuses finitions laquées sur des meubles d’esthétique Art Déco. Sans doute mais j’avoue ne pas assez connaître ce domaine pour établir ce lien de parenté.

Cependant pour abonder dans ce sens, on note que le créateur fait très souvent appel d’une part à la rigueur de matières structurantes que sont le satin, la laine ou la fourrure et d’autre part à des matières aériennes, presque diaphanes telles que la soie ou la popeline. Le résultat est une silhouette sculptée et féminine, et totalement en action.

La collection automne-hiver 2011/2012 se décline dans une palette sobre et s’attarde sur le haut du corps, la plupart des tenues proposant de simples pantalons slim. Les hauts sont bien plus travaillés et montre une méticulosité rare au niveau des finitions, à noter tout particulièrement les cols rebrodés. Andrew GN fabrique pour l’essentiel en France, et l’ensemble des broderies, boutons et autres détails sont des créations originales de ses ateliers.

Ses robes de grand soir si chères à Andrew GN jouent la carte du métal et du plissé. Elles sont, encore une fois, inspirées par les vestales grecques en jouant la longueur, l’asymétrie avec une bretelle unique sur l’épaule, le drapé ou la force d’un buste bijou à l’aide d’un sage usage des sequins et autres cristaux qui souligne la poitrine et enserre le cou.

En quelques mots comme en cent : une collection simple, portable, riche et raffinée. Andrew GN ne sera jamais un créateur minimaliste, et bien que ses collections ne répondent pas aux critères officiels de la haute couture, cela ne l’empêche en rien d’incorporer à son travail nombre d’éléments qui en sont issus.

Je ne peux résister à mettre un aperçu de la collection printemps-été 2011… Elle est percutante en couleur, mais pas tape-à-l’œil. Andrew GN soigne encore une fois les détails, notamment sur les chaussures pour lesquelles il fait appel à Christian Louboutin. Nous remarquerons notamment les « Super Dombasle » (Arielle est une amie de Christian), des compensés en bois.

Andrew GN est non seulement un couturier reconnu, mais également un collectionneur du grand 18e au pur 19e, des bronzes aux porcelaines chinoises, des broderies, des soieries, du mobilier Louis XV à celui de Madeleine Castaing. Son show-room, « Le Salon », situé dans un hôtel particulier du Marais, est décoré d’oeuvres d’art du 19ème et début 20ème siècles collectionnés au cours des années. Le faste de ce lieu d’exception est magnifié par deux lustres de Murano provenant d’un palais de la famille Doria Pamphili ou par d’incroyables panneaux laqués.

Publicités

One response to “Andrew GN – La couture version Art Déco

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :